Facebook Pixel
Main SR only Anker

Peter Beard

Relié, 10,2 x 14,7 in., 11,83 lb, 770 pages
US$ 150
Édition multilingue:
Allemand, Anglais, Français
Disponibilité: En stock
Peter Beard a fait de sa vie sur le continent africain une œuvre d’art totale qui allie photographie, militantisme écologiste et journaux intimes. L’édition limitée originale fut instantanément épuisée, mais le livre est de retour pour présenter l’univers unique de l’artiste, où des mannequins de renommée mondiale nourrissent des girafes sous le soleil kenyan, tandis que des cadavres d’éléphants témoignent de la destruction du monde naturel par l’homme.

Un voyage unique dans le mondede Peter Beard

La vie d’un artiste magnifiée

Artiste, auteur de journaux intimes, collectionneur et écrivain, Peter Beard (1938-2020) a fait de sa vie une œuvre d’art; les journaux intimes illustrés qu’il commence à tenir dans sa jeunesse se changent progressivement en œuvres d’art, valant à l’artiste une place centrale dans le monde de l’art international. Il a collaboré avec Francis Bacon et Salvador Dalí; il a écrit des journaux intimes avec Andy Warhol, est parti en tournée avec Truman Capote, Terry Southern et les Rolling Stones. Il s’est plongé dans le monde de la mode pour ses belles femmes, emmenant des stars de Vogue comme Veruschka en Afrique et en ramenant de nouvelles avec lui aux États-Unis.

Après avoir passé un temps conséquent au Kenya et s’être lié d’amitié avec l’auteur Isak Dinesen (Karen Blixen) au début des années 1960, Beard acheta 20 hectares à côté de sa ferme avec la ferme intention de filmer et d’écrire sur la terre, sa flore et sa faune. Il assista ainsi aux prémices de l’explosion démographique au Kenya, qui mit en péril les ressources limitées du pays et perturba la vie de la faune, notamment celle des éléphants du Tsavo, décimés par la famine, qui meurent alors par dizaines de milliers sur des terres nues dont les arbres ont été mangés. Il témoigne de ce qu’il voit — dans son journal, dans ses photographies et ses collages. Il navigue à contre-courant en publiant des recueils uniques et parfois choquants de ce travail de témoin, dont The End of the Game. Les cadavres n’y étaient pas recouverts, les faits relatés avec précision, parfois tapés à la machine, le plus souvent rédigés à la main. Beard a utilisé ses clichés comme des toiles de fond sur lesquelles il a superposé feuilles de liaison, tickets, billets, cartes postales, objets trouvés, coupures de presse, palimpseste qu’il orne ensuite de sa petite écriture méticuleuse et décorative, de dessins inspirés des grands maîtres, et utilise souvent du sang animal comme pigment.

En 2006, TASCHEN a publié le livre qui en est venu à définir son œuvre, signé par l’artiste en personne et édité en deux volumes. Le premier tirage a été épuisé en quelques semaines pour devenir un objet de collection très recherché. Aujourd’hui ce livre qui était introuvable est disponible en un seul volume grand format.
À propos de l’artiste

Peter Beard (1938–2020) a commencé à prendre des photos et à tenir un journal dès sa petite enfance. Lorsqu’il sort diplômé de l’Université de Yale, il nourrit un intérêt profond pour l’Afrique. Au cours des années 1960 et 1970, il travaille ainsi dans les parcs nationaux du Tsavo, des Aberdares, et du Lac Rudolf, au nord du Kenya. Perpétuellement en création, Beard le chroniqueur a photographié, écrit, dessiné, fait des collages et assemblé un panorama des expériences qui ont jalonné sa vie.

À propos des éditeurs

Nejma Beard est la directrice exécutive du Studio Peter Beard. Son esprit et son expérience sont au diapason de Beard, puisqu’elle est née et a grandi au Kenya. Cette intimité profonde et ce dévouement pour un endroit et un peuple ont façonné entre eux une symbiose unique. Son travail est sous-tendu par un intérêt sincère pour l’avenir du monde et un engagement actif dans le combat écologique et humanitaire.

David Fahey est copropriétaire de la galerie Fahey/Klein à Los Angeles. Durant ses 31 ans de carrière, il a participé à la publication de plus de 45 ouvrages d’art. Il est le vice président de la fondation Herb Ritts et membre de l’Association internationale des marchands de photographie d’art (AIPAD). Il fait également partie du Conseil du Musée J.Paul Getty.

À propos des auteurs

Owen Edwards publie depuis plus de 30 ans des articles sur la photographie dans des revues américaines comme American Photographer, The New York Times Magazine et Smithsonian.

Steven M. L. Aronson est ancien éditeur et écrivain. Il a publié le livre de Peter Beard Longing for Darkness et écrit The End of the Game, lauréat de l’Emmy Award-Winning T.V. Special. Il est l’auteur de HYPE et co-auteur de Savage Grace, qui remporta le prix Edgar.

À propos du collaboratrice

Ruth Ansel est connue pour son travail pour quelques uns des magazines les plus influents et les plus connus d’Amérique, dont Harper's Bazaar, The New York Times Magazine, Vanity Fair, House & Garden and Vogue, depuis les années 1960. Elle a créé des campagnes publicitaires internationaux pour Club Monaco, Karl Lagerfeld ou Gucci, et a collaboré à de nombreux livres tels que The End of the Game de Peter Beard, The Sixties de Richard Avedon and Doon Arbus, ou Women de Annie Leibovitz.

Peter Beard
Relié, 10,2 x 14,7 in., 11,83 lb, 770 pages
ISBN 978-3-8365-7742-7
Édition multilingue: Allemand, Anglais, Français
Peter Beard
Peter Beard
US$ 150
Peter Beard