Facebook Pixel
Main SR only Anker

Sebastião Salgado. Enfants

Relié, 9.8 x 13 in., 3.37 lb, 124 pages
US$ 50
Édition multilingue:
Allemand, Anglais, Français
Disponibilité: En stock
Dans ce portfolio complémentaire à Exodes, Sebastião Salgado dévoile 90 portraits d’enfants migrants et réfugiés. Des bords des routes de l’Angola aux camps tentaculaires du Liban, Salgado a puisé ses sujets parmi des victimes croisées sur les routes de l’exil, toutes âgées de moins de 15 ans. Fiers, mélancoliques ou tristes, ils fixe l’objectif avec autant de candeur que d’incertitude sur l’avenir.

L’innocence en exil

La série de Sebastião Salgado
consacrée aux enfants migrants et réfugiés

À chaque situation de crise, les principales victimes sont les enfants. Physiquement fragiles, ils sont souvent les premiers à succomber à la faim, la maladie et la déshydratation. Impuissants devant les rouages du monde et ses défaillances, ils ne peuvent comprendre l’origine du danger, les raisons pour lesquelles certains leur veulent du mal ou les causes de leur fuite, parfois si brutale, et pourquoi ils doivent laisser derrière eux leur école, leurs amis et leur foyer.

Dans ce recueil complémentaire à Exodes, Sebastião Salgado dévoile 90 portraits de très jeunes exilés, migrants et réfugiés. Ses sujets sont issus de différents pays, victimes de crises diverses, mais un point commun les unit: tous sont en exil, tous ont moins de 15 ans. Dans ce vaste projet sur les réfugiés, ce qui a frappé Salgado face à ces garçons et ces fillettes ne fut pas tant leur innocence muette face à leurs souffrances que leurs ressources inépuisables en énergie et en enthousiasme, y compris dans les situations les plus désespérées. Des réfugiés sur le bord des routes en Angola et au Burundi aux bidonvilles du Brésil et aux camps tentaculaires au Liban et en Irak, les enfants n’en demeurent pas moins des enfants: aussi prompts à rire aux éclats qu’à fondre en larmes, jouer au football, patauger dans l’eau sale, échafauder mille bêtises entre amis, le plus souvent ravis d’être photographiés.

Pour Salgado, leur exubérance traduit un curieux paradoxe. Comment un enfant qui sourit peut-il incarner une situation précaire et extrême? Ce qu’il a toutefois remarqué, c’est que lorsqu’il demandait aux enfants de former une file pour faire leur portrait un à un, le tumulte du groupe s’apaisait. Face à l’appareil photo, chaque enfant devenait bien plus sérieux. Ils ne le regardaient pas comme des enfants parmi une foule bruyante, mais comme des êtres uniques. Leur pose se faisait plus grave. Ils regardaient l’objectif avec une intensité soudaine, comme pour faire état d’eux-mêmes et de leur situation. Et dans l’expression de leur regard, dans le tremblement nerveux de leurs petits doigts, dans la façon dont leurs vêtements déchirés pendaient sur leur corps chétif, Salgado a compris qu’il tenait là une série de portraits de réfugiés qui méritait une tribune en soi.

Les clichés n’essaient pas de rendre compte des sentiments de leurs sujets ou de témoigner en détails de leurs carences en matière de santé, d’éducation et de logement. Au contraire, le recueil permet à 90 enfants de poser leur regard sur le spectateur dans toute l’innocence de leur jeunesse et face à l’incertitude de leur avenir. Beaux, fiers, mélancoliques et tristes, ils sont immortalisés à un moment de leur courte existence, et posent les questions qui reviennent et reviendront sans cesse dans les années futures. Vont-ils demeurer en exil? Auront-ils toujours un ennemi à fuir? Grandiront-ils dans l’idée du pardon ou de la vengeance? Et tout simplement, deviendront-ils un jour adultes?

Sebastião Salgado a commencé sa carrière de photographe professionnel à Paris en 1973 et a travaillé avec les agences de photographie Sygma, Gamma et Magnum Photos. En 1994, lui et sa femme, Lélia Wanick Salgado, créent Amazonas images (aujourd’hui, cette agence est leur studio), qui gère exclusivement son œuvre. Les projets photographiques de Salgado ont été l’objet de nombreux livres et expositions dont Sahel. L’Homme en détresse (1986), Autres Amériques (1986), La Main de l’homme (1993), Terra (1997), Exodes (2000), Les Enfants de l’exode (2000), Africa (2007), Genesis (2013), Terres de Café (2015), Koweït. Un désert en feu (2016) et Gold (2019).

Lélia Wanick Salgado a étudié l’architecture et l’urbanisme à Paris. Elle a commencé à s’intéresser à la photographie en 1970. Dans les années 1980, elle conçoit la plupart des livres de photographies de Sebastião Salgado et toutes les expositions consacrées à son œuvre. En 1994, Lélia Wanick Salgado devient directrice d’Amazonas images (jusqu’en 2017) et de leur studio parisien.

Sebastião Salgado. Enfants
Relié, 9.8 x 13 in., 3.37 lb, 124 pages
ISBN 978-3-8365-6136-5
Édition multilingue: Allemand, Anglais, Français
Sebastião Salgado. Enfants
Sebastião Salgado.
Children
US$ 50
Sebastião Salgado. Enfants