Facebook Pixel
Votre panier
0 Éléments
Sous-total0 US$

Votre panier est vide !


Close
Vous ne possédez pas de compte ?
Main SR only Anker
Michel-Ange

Michel-Ange

Le génie universel de la Renaissance

Livres & Éditions Limitées

4 results | Top

T-Time

1 result | Top

Événements

1 result | Top

Exposition
janvier 19 - décembre 31, 2019

Leonardo da Vinci, Raffael, Michelangelo. Giganten der Renaissance

Kunstkraftwerk Leipzig

Michel-Ange

Top

Avant l’âge de 30 ans, l’artiste Michelangelo Buonarroti (1475-1564) avait déjà sculpté sa statue de David et sa Pietà, deux des sculptures les plus célèbres de l’histoire de l’art occidentale. Comme son compatriote florentin Leonard de Vinci, Michel-Ange est en bonne place pour le titre d’archétype de l’homme de la Renaissance. Sculpture, peinture, ingénierie et architecture, les exploits de ce maître italien font l’objet de plusieurs ouvrages TASCHEN uniques, qui attestent de l’étendue et de la variété de son œuvre.

Les œuvres de Michel-Ange incarnent la Haute Renaissance et le style maniériste, avec leurs formats ambitieux, leurs compositions complexes, leurs silhouettes humaines finement observées et leurs références iconographiques et décoratives à l’antiquité classique. Michel-Ange avait pour principal mécène la Maison Médicis, une famille fortunée de Florence, où nombre de ses œuvres sont conservées au musée de l’Académie. Si le David est sans doute son œuvre la plus célèbre, le bas-relief de La Vierge à l’escalier, les marbres de la Madone Médicis et de la Madone à l’Enfant, ainsi que son Bacchus ivrogne et hypertrophié, illustrent tous son immense talent de sculpteur. Les livres TASCHEN consacrés à Michel-Ange entrelacent sa biographie et un inventaire de ses toiles, sculptures, bâtiments, croquis et illustrations, avec des reproductions de haute qualité et des agrandissements de détails.

Depuis sa prime jeunesse, Michel Ange a transformé ses tourments intimes en une magnifique créativité et tenté de réconcilier les forces apparemment contradictoires qui l’habitaient: ses passions terrestres et sa peur de Dieu. D’où les monuments de beauté, qu’elle soit céleste ou infernale, que Michel-Ange érigea à la gloire de Dieu. Son Jugement dernier, fresque humaniste complexe qui couvre le plafond et le mur de l’autel de la Chapelle Sixtine, fut conçue et exécutée dans cette optique divine, rédemptrice. Son détail le plus exquis, La Sibylle Libyenne, est figée dans une spectaculaire position en torsion, comme en plein mouvement. La boucle de la vie de Michel-Ange est toutefois bouclée, puisque de son vivant il était appelé «Il Divino» – le divin.