Votre panier
0 Éléments
Sous-total0 US$

Votre panier est vide !


Vous ne possédez pas de compte ?
Connexion

Mot de passe oublié ?


Friedensreich Hundertwasser

Friedensreich Hundertwasser

Architecte de l’Organique

Livres

4 results | Top

Friedensreich Hundertwasser

Top

Obsédé par l’organique, l’artiste autrichien Friedensreich Hundertwasser jugeait les lignes droites «impies et immorales». Né Stowasser, il adopta le pseudonyme de Hundertwasser et se lança dans une quête de négation de la standardisation sous toutes ses formes. Hundertwasser était un militant écologiste opposé à l’Union Européenne, philosophe, architecte et artiste visuel. Il débuta par la peinture mais conçut aussi des bâtiments, des timbres, des vêtements, des pièces de monnaie, des drapeaux et des affiches. En toute chose, il plaidait pour l’individualisme et la protection de l’environnement.

Le style unique de Hundertwasser est biomorphe; il se saisit des irrégularités, de l’irrationnel et de la fertilité et les traduit dans des couleurs et des motifs audacieux et chatoyants, en particulier lorsqu’ils imitent les formes naturelles. Hundertwasser a vécu un temps en Nouvelle Zélande, où il a été inspiré par les dessins en spirales que les Maoris appellent le koru. Hundertwasser a conçu et fait bâtir plusieurs bâtiments en Nouvelle-Zélande mais ses créations architecturales les plus célèbres sont l’immeuble de logements Hundertwasserhaus à Vienne, le musée KunstHaus Wien et le Hahnsäge Mill, où l’artiste a vécu et travaillé.

Hundertwasser est souvent comparé à Gaudí pour son utilisation de la mosaïque, de façades tapageuses et des formes vivantes, mais il a aussi été inspiré à ses débuts par la peinture de la Sécession viennoise, notamment par l’œuvre de l’Autrichien Gustav Klimt. La vitalité créative unique de Hundertwasser le distingue cependant de la plupart des autres artistes. Les livres TASCHEN consacrés au travail riche et varié de Hundertwasser comptent une monographie proposée en édition limitée et en édition standard, qui traite à la fois de son art et de son architecture. À partir de son rejet des lignes droites, Hundertwasser a forgé son propre système de pensée baptisé le transautomatisme, qui privilégie l’expérience du spectateur. Il étend cette théorie à ses manifestes et ses essais sur l’architecture, parmi lesquels son «Discours nudiste pour un droit à la troisième peau» de 1967, dans lequel il appelle au boycott de l’architecture monotone. Qu’il s’attelle à planter des arbres dans l’environnement urbain ou à proclamer le «droit à une fenêtre», Hundertwasser a imaginé un avenir où les humains et la nature vivraient en harmonie, et cette vision résonne encore, avec une urgence croissante.