Votre panier
0 Éléments
Sous-total0 US$

Votre panier est vide !


Vous ne possédez pas de compte ?
Connexion

Mot de passe oublié ?


Bob Willoughby

Bob Willoughby

L’homme qui inventa la photographie de plateau

Bob Willoughby (1927 - 2009), né à Los Angeles, en Californie, d’adonna à la photographie dès l’instant où il reçut son premier appareil, pour son douzième anniversaire. Il fut un pionnier dans l’art d’immortaliser les films sous la forme de photographies de plateau, un format promotionnel qu’il inventa en grande partie. Willoughby étudia la photo à l’école de cinéma de l’University of Southern California et travailla sous la direction du réalisateur et graphiste Saul Bass au Kahn Institute of Art. Il s’intéressa très tôt aux moyens de rendre compte d’une prestation artistique, et entre 1948 et 1954, ses expositions de photos de musiciens de jazz et de danseurs lui permirent de décrocher un contrat avec Globe Photos, puis avec le magazine Harper’s Bazaar.

Le photographe connaît son premier grand succès lorsqu’il est engagé pour photographier Judy Garland sur le plateau de Une Étoile est née. Il est ensuite embauché par Warner Brothers pour filmer la longue séquence musicale «Born in a Trunk». C’est la première fois qu’un studio de cinéma engage un photographe de plateau spécial pour prendre des clichés qui seront vendus aux magazines. Cette commande débouche sur une couverture du magazine Life et une toute nouvelle carrière. Willoughby photographie Dean Martin et Frank Sinatra, Dustin Hoffman et Anne Bancroft, et une actrice en particulier, qu’il photographiera jusqu’à sa mort - Audrey Hepburn.

Lorsqu’il rencontre Hepburn sur le tournage de My Fair Lady, Willoughby est fasciné par sa beauté et son charme, qu’il tente de saisir sans relâche – sur les plateaux, en coulisses et même chez elle. TASCHEN Books commémore l’affection immense de Willoughby pour Hepburn avec un livre consacré à ses photos de l’icône du cinéma classique par excellence. La popularité de Willoughby tient particulièrement au talent avec lequel il a su saisir les vedettes quand elles baissaient la garde, dans des moments de repos ou de vulnérabilité. Il appliqua les techniques du photojournalisme au domaine de la promotion cinématographique, en donnant aux «coulisses» une place prépondérante dans le show-business.