Votre panier
0 Éléments
Sous-total0 US$

Votre panier est vide !


Vous ne possédez pas de compte ?
Connexion

Mot de passe oublié ?


On a marché sur l’eau

Les coulisses du projet The Floating Piers de Christo et Jeanne-Claude

Christo sur le site de The Floating Piers, lac d’Iseo.
Christo sur le site de The Floating Piers, lac d’Iseo.
Christo sur le site de The Floating Piers, lac d’Iseo.
Christo sur le site de The Floating Piers, lac d’Iseo.
Le lac d’Iseo, dans le nord de l’Italie, est moins connu que le lac de Côme, de l’autre côté de la montagne. Plus petit et plus paisible, les résidences de stars y sont plus rares. Mais cet été, cette étendue céruléenne située à 100 km de Milan et à 200 km de Venise va servir d’écrin à l’un des événements artistiques majeurs du 21e siècle.

Du 18 juin au 3 juillet 2016, l’installation The Floating Piers de Christo et Jeanne- Claude va étirer ses 3 000 mètres de pontons enrubannés de jaune entre les villages lacustres de Peschiera et de Sulzano, et l’île abrupte de Monte Isola et sa petite soeur San Paolo.

Le premier visiteur à s’élancer sur la jetée ondulante et chatoyante inaugurera ainsi non seulement un projet technologique et logistique complexe, mais aussi le fruit d’une vision créatrice tenace. « Jeanne-Claude et moi avons cosigné 22 projets, explique Christo, mais 37 autres n’ont pas abouti faute d’autorisation. Certains projets ont été recalés, mais sont restés dans nos coeurs et nos esprits. Ainsi est né The Floating Piers. »

C’est en 1970 que le couple a pour la première fois proposé d’installer une surface flottante sur des eaux paisibles, à savoir une jetée gonflable dans le delta du Rio de la Plata, à Buenos Aires. Le projet n’a jamais vu le jour. Peu après l’enveloppement du Reichstag (Wrapped Reichstag), ils retentèrent leur chance avec un projet de pontons flottants dans la baie de Tokyo. L’entreprise avorta après moult atermoiements. Mais le couple n’a jamais abandonné son idée : « Jeanne-Claude et moi portions tous les deux ce projet dans notre coeur. »

En 2014, cinq ans après la mort de Jeanne- Claude, Christo fit des repérages sur les bords du lac d’Iseo. Nichée dans un cadre exceptionnel, l’« Île montagneuse » (Monte Isola), avec ses eaux cristallines et son point culminant à 400 mètres, est l’île lacustre la plus haute d’Europe. « Elle est aussi haute qu’un gratteciel de Manhattan ! », s’émerveille Christo. C’est alors qu’il décida de ranimer le projet.

Pendant ses premières étapes de développement, le projet The Floating Piers fut tenu secret. Des essais furent effectués dans des lieux discrets du nord de l’Allemagne et de la la stabilité et l’ancrage des cubes flottants, et de valider l’épaisseur et la couleur jaune dahlia du tissu.
« Sur le plan visuel et technique, il n’est pas possible de statuer sur un projet final entre les murs d’un studio. Pour toutes nos oeuvres temporaires, qu’elles soient urbaines ou rurales, nous réalisons des tests grandeur nature à échelle réelle. »

Le projet fut annoncé en avril 2015 et depuis, le lac d’Iseo s’est transformé en une ruche vibrionnante. Un ballet de camions assure l’acheminement des cubes flottants depuis l’usine jusqu’au QG du projet, à Montecolino. 100 000 mètres carrés de tissu jaune ont été cousus sur des bandes de PVC découpées au laser. Les tronçons de ponton ont été rivetés et munis d’inserts triangulaires en acier pour dessiner des courbes subtiles tout le long du parcours. Enfin, 190 plots d’ancrage de cinq tonnes chacun ont été installés au fond du lac – jusqu’à 270 mètres de profondeur ! Afin de rehausser les jeux de lumière, de couleur et de texture, Christo a décidé d’ajouter 20 % de tissu supplémentaire par rapport à la longueur totale des pontons. Il a aussi programmé son oeuvre pour la période de l’année où les jours sont les plus longs, afin de maximiser les effets visuels changeants. « Le lac a un taux d’humidité constant, tandis que ses couleurs réagissent et évoluent en permanence. Les lueurs rouges du matin font place, au fil de la journée, à des tons or et jaune. »

Pour Christo, l’interaction entre les pontons et l’environnement du lac d’Iseo fait partie intégrante du projet. « Nos oeuvres vont au-delà de l’art tel qu’on le voit dans les musées ou les collections privées. Nous héritons de tout ce qui est inhérent à l’espace environnant, et l’ensemble finit par s’inscrire dans l’oeuvre d’art. »

Le projet sollicite résolument le déplacement du visiteur lui-même à travers l’espace. La disposition du pont a été pensée pour susciter une démarche de la part du visiteur. « Les lignes droites sont une composante essentielle du projet. Les pontons ont une forte dimension de sollicitation et d’exhortation. Tout invite à la déambulation. Le visiteur doit parcourir cinq kilomètres à pied – y compris sur des bandes de terre ferme – pour apprécier le projet, les perspectives changeantes, le lac, les montagnes, les autres piétons. Tout cela constitue l’oeuvre finale. » L’expérience sera autant tactile que visuelle. « Marcher pieds nus est l’idéal pour ressentir l’ondulation et le tissu. Le projet est sexy, il donne des frissons… »

Il est également explicitement temporaire. À la surface de cet ancien lac glaciaire, les « quais flottants » seront accessibles 24h/24 pour une durée de 16 jours seulement. Tous les éléments utilisés pour l’installation seront ensuite recyclés. L’éphémère fait partie de l’ADN de la pratique artistique de Christo et Jeanne-Claude. « Nous sommes saturés d’art transportable, qu’il s’agisse des foires artistiques ou des expositions itinérantes. Mais les humains comme les choses sont uniques. »

Les différentes éditions TASCHEN dédiées à The Floating Piers retracent toutes les étapes de cette prouesse aquatique éphémère, depuis la conception jusqu’à l’installation finale. Une Édition collector conçue par Christo lui-même sera publiée à l’issue du projet.

Ces livres viendront compléter la vaste collection TASCHEN consacrée à Christo et Jeanne-Claude, dont The Gates, Umbrellas, Wrapped Reichstag, Wrapped Trees, sans Claude oublier la monographie Christo and Jeanne- Claude en Édition collector.

« Nous avons connu Benedikt [TASCHEN] en 1994 lors de nos dernières démarches en vue de l’autorisation de Wrapped Reichstag, rappelle Christo. Dès lors, nos relations ont été primordiales. Les livres sont intrinsèquement liés à chaque projet. Ils sont comme autant d’outils de travail, de manuels d’inspiration pour le processus créatif et technique. »

Après le 4 juillet, une fois les pontons démontés, les visiteurs repartis et le ruban chatoyant replié, les différentes éditions de The Floating Piers deviendront les témoins officiels d’un événement et d’une expérience uniques. Les plans, les croquis et les photos attesteront qu’un projet jadis jugé irréalisable a pu finalement être « mis à flot » : une installation zigzaguant sur le lac d’Iseo dans un flamboiement triomphal de tissu, de lumière et de couleur. « The Floating Piers aura été et ne sera plus… Ces livres nous montrent l’idée d’origine et le projet finalisé. »