Votre panier
0 Éléments
Sous-total0 US$

Votre panier est vide !


Vous ne possédez pas de compte ?
Connexion

Mot de passe oublié ?


Rêver en grand, et en vert

Restaurer la forêt amazonienne avec Sebastião et Lélia Salgado

Instituto Terra - Réserve naturelle privée (RNP) de la ferme de Bulcão - Vue panoramique
© Collection de l’Instituto Terra/Photo de Weverson Rocio, 2011
Instituto Terra - Réserve naturelle privée (RNP) de la ferme de Bulcão - Vue panoramique
© Collection de l’Instituto Terra/Photo de Weverson Rocio, 2011
Petit-duc choliba (Megascops choliba)
© Collection de l’Instituto Terra/Photo de Leonardo Merçon, 2012
Petit-duc choliba (Megascops choliba)
© Collection de l’Instituto Terra/Photo de Leonardo Merçon, 2012
Ocelot (Leopardus pardalis) découvert à la RNP de la ferme de Bulcão
© Collection de l’Instituto Terra/Photo de Leonardo Merçon, 2012
Ocelot (Leopardus pardalis) découvert à la RNP de la ferme de Bulcão
© Collection de l’Instituto Terra/Photo de Leonardo Merçon, 2012
Scinax hayii à la RNP de la ferme de Bulcão
© Collection de l’Instituto Terra/Photo de Leonardo Merçon, 2012
Scinax hayii à la RNP de la ferme de Bulcão
© Collection de l’Instituto Terra/Photo de Leonardo Merçon, 2012
Le photographe Sebastião Salgado a parcouru et nous a fait découvrir tout un pan de notre planète; ses lieux paradisiaques, ses créatures sauvages, ses coutumes ancestrales, la violence de ses ravages, ses systèmes injustes et ses conflits catastrophiques. Il a visité plus de 120 pays pour rendre compte de certains des problèmes sociaux et environnementaux les plus urgents à travers des séries documentaires épiques comme La Main de l’homme, Exodes, Enfants, Kuwait - Un désert en feu et Genesis, sa «lettre d’amour à la planète».

Salgado est moins connu pour le projet pourtant extraordinaire qu’il mène chez lui, dans sa ferme familiale sur le bassin hydrologique du Rio Doce, le vaste fleuve qui traverse la forêt brésilienne et se jette dans l’Atlantique. C’est là, en 1998, que Sebastião et son épouse et collaboratrice Lélia Wanick Salgado ont établi l’Instituto Terra, une organisation à but non lucratif qui est aussi le partenaire environnemental de TASCHEN et qui œuvre, plantule après plantule, hectare par hectare, pour la reforestation d’une zone ravagée.

Quand Sebastião et Lélia ont repris la ferme, une immense friche s’étendait devant eux: des pentes écorchées et arides dévastées par des années de sécheresse, d’érosion, d’agriculture agressive et de détérioration des sols. Leur rêve était grand, et vert: redonner vie à la forêt, dans toute son abondance luxuriante, et y implanter les écosystèmes vigoureux et durables, ceux-là même au centre de la démarche de Genesis.

Le défi que tente de relever l’Instituto repose notamment sur ses vastes pépinières où poussent de précieux semis d’espèces autochtones – dont la plupart ne se trouvent que dans cette région du Brésil – avant d’être plantés à la saison des pluies. Au départ, l’Instituto a donné la priorité aux végétaux à croissance rapide, afin de protéger le sol de l’impact direct de la pluie et d’améliorer ses qualités physiques et chimiques. À mesure que la forêt a grandi, la biodiversité a pu être élargie pour refaire de cet endroit un des biomes les plus riches au monde. À ce jour, l’Instituto a planté environ 2 millions de plantules de plus de 300 espèces endémiques. La propriété autrefois moribonde est aujourd’hui tapissée de genipas, cerisiers, poivriers roses et pernamboucs (le pau-brasil qui a donné son nom au Brésil).

Avec les arbres, la faune de la forêt tropicale a commencé à faire son retour et, grâce à elle le réseau vaste et complexe des interactions qui font la diversité de la vie. Une surveillance attentive de ces animaux a montré la présence de 33 espèces de mammifères, 16 reptiles, 15 amphibiens et pas moins de 173 sortes d’oiseaux, qui offrent à l’Instituto un concert exotique permanent, de l’aube au crépuscule, et jouent un rôle central dans la dispersion des graines. Parmi ces beautés emplumées, on compte notamment des perroquets, des aras macao, des colibris, des rapaces et les «reines de la nuit» que sont les chouettes à sourcils jaunes, les petits-ducs choliba et les chevêchettes, réputées pour leur vision nocturne exceptionnelle.

L’arrivée récente d’une famille d’ocelots (sortes de petits léopards) sur les terres de l’Instituto est un indicateur crucial de la bonne santé et de la cohérence de la chaine alimentaire, qui permet au prédateur de se réinstaller dans la région.

Les échanges avec la communauté locale sont au cœur du projet de l’Instituto Terra depuis son origine, puisque Sebastião et Lélia étaient déterminés à ce que l’éducation environnementale prenne autant d’ampleur que la forêt renaissante, en se concentrant particulièrement sur les enfants et les étudiants. Parallèlement aux événements communautaires organisés avec des ONG, des municipalités ou des comités d’action locale, le projet Terrinhas, sélectionné à 2 reprises parmi les programmes éducatifs exemplaires en matière d’environnement par l’UNESCO, enseigne les clés de la durabilité environnementale à des enfants de moins de 14 ans à travers des cours, des conférences, des projections et l’expérience de l’Instituto sur le terrain. Pour les étudiants âgés de 18 à 24 ans, un programme d’un an sur la restauration des écosystèmes, hébergé par l’Instituto, combine théorie et pratique sur le terrain afin de former les experts agro-environnementaux de demain.

Depuis 2010, l’Instituto Terra a étendu ses activités à la «plantation d’eau» en accompagnement des semis, avec un nouveau programme de restauration des eaux de source qui vise à retrouver et protéger la totalité des quelque 370.000 sources naturelles que compte la vallée du Rio Doce.

Havre de paix pour la flore, la faune, dont de nombreuses espèces menacées, l’Instituto Terra joue un rôle exemplaire dans la reconquête de la biodiversité brésilienne. Plus globalement, il montre qu’il est possible de se lancer dans des aventures environnementales ciblées pour réparer les ravages du passé à condition d’agir avec célérité et prudence. Ce que résume Lélia Wanick Salgado par ces mots: «Il est possible de retrouver ce qui semblait perdu à jamais.»

Chez TASCHEN, nous sommes fiers de travailler en partenariat environnemental avec l’Instituto Terra. Découvrez-en davantage sur notre programme de financement du reboisement et notre campagne pour une empreinte carbone neutre ici.