Facebook Pixel
Main SR only Anker

Linda McCartney. The Polaroid Diaries, Art Edition No. 1–62 ‘Location unknown, 1970s’

Édition de 62 exemplaires
Relié sous coffret en verre acrylique 100% recyclé, 33 x 33 cm, 11,31 kg, 236 pages, avec le tirage C Type Gloss Print Location unknown, 1970s en portfolio, 50 x 50 cm; numéroté et signé par Paul McCartney
US$ 5.000
Cette édition est épuisée. Il arrive cependant que des exemplaires soient à nouveau disponibles. Merci de vous inscrire sur notre liste d’attente pour que nous puissions vous signaler s'il est possible d'acquérir cette édition ou un article similaire.
Après sa monographie TASCHEN qui connut un large succès, Linda McCartney réunit dans Polaroids Diaries les instantanés les plus marquants de sa vaste collection de Polaroïds dans une Édition d’art limitée. Pris entre le début des années 1970 et au milieu des années 1990, ces portraits, natures mortes, paysages et compositions intérieures révèlent un œil audacieux attentif aux motifs, aux couleurs ou à un simple rayon de lumière. Au fil de ces clichés spontanés et sincères se dessine un témoignage intime de McCartney, autant artiste expérimentale que photographe.

Édition d’art (no 1 à 62) comprenant le tirage Location unknown, 1970s. Le livre et le tirage sont signés par Paul McCartney.

L’art instantané de Linda McCartney

Polaroïds inédits pris en famille et ailleurs

Dans la lignée de Life in Photographs, la monographie best-seller parue chez TASCHEN, découvrez un aspect plus intime et très personnel de l’œuvre photographique de Linda McCartney dans The Polaroid Diaries.

Le recueil se concentre sur le regard singulier de McCartney sur le monde et sa famille, à travers des portraits de Paul McCartney et des quatre enfants du couple. On les voit faire des grimaces ou habillés de pyjamas assortis. On voit James s’asperger d’eau, et Mary et Stella jouer à se faire belle. On les voit en train de danser, de manger, de faire de l’équitation, et dans une multitude d’instants de la vie quotidienne dans leur ferme du Sud de l’Angleterre.

Paul raconte, dans l’introduction: «Elle regardait simplement les choses. Dans bien des photos, il s’agit juste d’un clic. Savoir reconnaître quand une grande photo survient devant vous, puis enclencher au bon moment… Ce qu’elle faisait tant de fois que cela m’impressionnait.» The Polaroid Diaries rassemble plus de 200 moments «parfaits» depuis le début des années 1970 jusqu’au milieu des années 1990, aux côtés d’une préface signée par Chrissie Hynde et d’un essai du critique d’art Ekow Eshun.

Le livre présente aussi des paysages flamboyants d’Écosse et d’Arizona et met en lumière l’étrangeté de la célébrité, quand par exemple Steve McQueen ou Adam Ant surgissent dans le champ. D’autres images bienveillantes de chats, d’agneaux, de chevaux et de poules prouvent son amour des animaux. Un aperçu, à une époque où Instagram n’existait pas, de la vie d’une famille extraordinaire, et un hommage à l’héritage de Linda, artiste profondément engagée, ainsi qu’à la magie instantanée du Polaroïd.

Édition d’art (no 1 à 62) comprenant le tirage Location unknown, 1970s. Le livre et le tirage sont signés par Paul McCartney.

Également disponible dans une seconde Édition dart (no 63-124) comprenant un autre tirage ainsi quen une Édition collector signée (no 125-500).
À propos du photographe

Linda McCartney (née Eastman) est née à New York en 1941. Elle a suivi un cours de photo avec Hazel Archer et étudié la photographie et les beaux-arts à l’Université d’Arizona avant de s’installer à New York, où elle a débuté en faisant des portraits de rock stars. Outre ses photos exposées dans plus de 50 musées et galeries à travers le monde (Victoria and Albert Museum, Londres, National Portrait Gallery, Londres, Bonni Benrubi Gallery, New York, et International Center of Photography, New York) Linda McCartney était réputée pour son activisme passionné en faveur des droits des animaux et pour son végétarisme. Elle a écrit des livres de cuisine et créé sa propre marque de plats végétariens surgelés tout en élevant ses enfants. Elle a continué à prendre des photos et a été membre du groupe The Wings aux côtés de Paul McCartney. Linda est décédée en 1998 à l’âge de 56 ans.

À propos de l’auteur

Ekow Eshun est un auteur, critique et curateur vivant à Londres. Ancien directeur de l’Institute of Contemporary Art de Londres, il préside aujourd’hui le Fourth Plinth Commissioning Group qui supervise le programme d’art public le plus prestigieux du Royaume-Uni. Ses articles ont notamment été publiés dans The New York Times, The Financial Times, The Guardian, The Observer, Granta, Vogue, Aperture ou Wired. Il est aussi l’auteur de Black Gold of the Sun, nommé pour le prix Orwell, et a dirigé l’ouvrage Africa Modern: creating the contemporary art of a continent.

À propos de l’éditeur

Reuel Golden, ancien rédacteur en chef du British Journal of Photography, est l’éditeur des titres TASCHEN consacrés à la photo, parmi lesquels Mick Rock: The Rise of David Bowie, New York et Londres de la collection «Portrait d’une ville», Andy Warhol. Polaroids, The Rolling Stones, Her Majesty, The Beautiful Game. Le football des années 1970, les ouvrages autour du National Geographic et le David Bailey SUMO.

Linda McCartney. The Polaroid Diaries, Art Edition No. 1–62 ‘Location unknown, 1970s’
Édition de 62 exemplaires
Relié sous coffret en verre acrylique 100% recyclé, 33 x 33 cm, 11,31 kg, 236 pages, avec le tirage C Type Gloss Print Location unknown, 1970s en portfolio, 50 x 50 cm; numéroté et signé par Paul McCartney

Le cadre visible ici n’est pas disponible à la vente; le tirage est vendu non encadré.

Linda McCartney. The Polaroid Diaries, Art Edition No. 1–62 ‘Location unknown, 1970s’ (Limited Edition)
Linda McCartney.
The Polaroid Diaries, Art Edition No. 1–62 ‘Location unknown, 1970s’
Édition de 62 exemplaires
US$ 5.000
Linda McCartney. The Polaroid Diaries, Art Edition No. 1–62 ‘Location unknown, 1970s’ (Limited Edition)