Facebook Pixel
Main SR only Anker

Frédéric Chaubin. CCCP. Cosmic Communist Constructions Photographed

Relié, 10,2 x 13,4 in., 5,86 lb, 312 pages
US$ 60
Édition multilingue:
allemand, anglais, français
Disponibilité: En stock
C’est une beauté austère qui domine dans les photographies que Frédéric Chaubin a prises des architectures soviétiques radicales. Ces images dévoilent le monde en voie de disparition des régimes totalitaires, conçus à l’origine pour dominer et exercer un pouvoir sans limite sur les citoyens, notamment à travers des formes spectaculaires et un style aride.

Beauté austère

Constructions étranges et merveilleuses des dernières années de l’URSS
Dans cet ouvrage, le photographe Frédéric Chaubin dévoile 90 bâtiments situés dans 14 anciennes républiques soviétiques qui témoignent de ce que l’on pourrait considérer comme la quatrième époque de l’architecture soviétique. Ses images poétiques révèlent une renaissance inattendue de l’imagination, un bourgeonnement jusqu’ici inconnu qui s’est développé de 1970 à 1990. Contrairement aux années 1920 et 1930, on ne distingue ici ni «école» ni tendance dominante. Ces constructions représentent un élan chaotique provoqué par un système qui tombait en décrépitude. Leur diversité annonce la fin de l’Union soviétique.

Profitant de l’effondrement de cette structure monolithique, des trous dans le filet qui devenait plus lâche, des architectes ont revisité toutes les périodes et tous les styles, remontant aux sources ou innovant librement. Certains audacieux réalisèrent des projets qui auraient fait rêver les constructivistes (le sanatorium de Druzhba, à Yalta), d’autres ont laissé parler leur imagination d’une manière expressionniste (le Palais du mariage de Tbilissi). Une colonie de vacances, inspirée d’esquisses d’un prototype de base lunaire revendique son influence suprématiste (camp de jeunes Prométhée, à Bogatyr). Sans oublier l’«architecture parlante» qui s’est généralisée pendant les dernières années de l’URSS: un crématorium orné de flammes de béton (crématorium de Kiev), un institut technologique avec une soucoupe volante écrasée sur le toit (institut de Kiev), un centre politique qui vous observe comme Big Brother (la maison des soviets de Kaliningrad). Ce puzzle de styles témoigne de tous les rêves idéologiques de cette période, de l’obsession du cosmos à la renaissance de la vie privée, tout en soulignant la géographie de l’URSS, montrant comment les influences locales ont apporté leurs détournements exotiques avant de porter le coup fatal à ce pays.

Cosmic Communist Constructions Photographed, de Frédéric Chaubin a été élu meilleur livre d’architecture de l’année 2010 au Festival international du livre d’art et du film de Perpignan.
À propos du photographe

Frédéric Chaubin a été, pendant vingt ans, rédacteur en chef du magazine français Citizen K. Depuis 2000, il affirme un regard de photographe en publiant des sujets mêlant textes et images. Ses recherches pour le projet CCCP ont été menées de 2003 à 2010 et publiées en 2011. Au cours des cinq dernières années, il s'est consacré au projet Stone Age.

Frédéric Chaubin. CCCP. Cosmic Communist Constructions Photographed
Relié, 10,2 x 13,4 in., 5,86 lb, 312 pages
ISBN 978-3-8365-2519-0
Édition multilingue: allemand, anglais, français
Michael Mann

Michael Mann

«Mes deux favoris du moment sont Cosmic Communist Constructions, qui montre la mégalomanie post-Spoutnik et la façon presque subliminale dont ce qui reste des idéaux socialistes est inscrit dans cette architecture. Glorieux, excessif et tragique. Et la monographie du Caravage, sensiblement pour les mêmes raisons.»
Illustration: Robert Nippoldt
Frédéric Chaubin. CCCP. Cosmic Communist Constructions Photographed
Frédéric Chaubin.
CCCP.
Cosmic Communist Constructions Photographed
US$ 60
Frédéric Chaubin. CCCP. Cosmic Communist Constructions Photographed