This site uses cookies. By continuing to browse the site you are agreeing to our use of cookies.

Votre panier
0 Éléments
Sous-total0 US$

Votre panier est vide !


Vous ne possédez pas de compte ?
Connexion

Mot de passe oublié ?


Trésors enfouis - 30 ans de Crumb, 1344 pages de classiques

Trésors enfouis

30 ans de Crumb, 1344 pages de classiques

Robert Crumb. Sketchbooks 1982–2011

US$ 1,000
Édition: Anglais
Disponibilité: En stock
Ce coffret de six volumes est la première collection de dessins de Robert Crumb éditée à partir des croquis originaux depuis la collection en sept volumes reliés sous coffret publiée par la maison allemande Zweitausendeins entre 1981 et 1997. Contrairement à cet ancien coffret, qui reproduisait la moindre patte de mouche dessinée par l’illustre artiste underground américain, notre florilège a été édité par le très exigeant M. Crumb en personne pour ne proposer que la crème de son œuvre, notamment plusieurs centaines de croquis tardifs jusqu’alors inédits. Robert Crumb a demandé que les volumes illustrant la seconde partie de sa carrière soient publiés en premier, afin de satisfaire la soif de nouveauté de ses nombreux admirateurs (le vol. 1 couvre la période 1982-2011 et le vol. 2 la période 1964-1981).

Ces 20 dernières années, Crumb a considérablement ralenti sa production: ses dessins récents, plus rares, sont d’autant plus précieux. Cette collection de plus de 600 croquis inédits réalisés entre 1996 et 2011 présente donc un intérêt majeur pour tous les fans de Crumb.
 
  • Le coffret est confectionné avec un grand souci du détail, dans un format et une reliure choisis par l’artiste.
  • Chaque volume du coffret est composé de 224 pages, soit un total de 1344 pages de Crumb à l’état pur.
  • Le coffret inclut une introduction manuscrite par l’artiste.
  • Chacun des 1000 coffrets de cette édition limitée contient également un tirage d’un croquis original tiré de The Little Guy That Lives in my Brain, signé par Crumb.
  • “The underground comic and gifted dirty old man handpicks his finest unsavory doodles.”

    — The Huffington Post, New York